Le contexte d’une société fragilisée par la crise sanitaire, la progression des inégalités et le dérèglement climatique, conduit les entreprises à reconsidérer leur organisation, leurs objectifs et leurs activités.

On comprend ici la place centrale que va prendre l'Impact Investing dans la finance responsable : il ne s’agira plus uniquement de prendre en compte des critères extra-financiers dans l’analyse de la gestion des entreprises, mais bien d’identifier celles dont l’activité impacte positivement la société dans son ensemble.

  

Pourquoi investir en vue d'avoir un impact positif ?

En matière d’enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), les États ont fixé des objectifs pour que l’humanité n’ait pas demain à subir son destin. L’accès à la santé et à l’éducation, la lutte contre la faim, la pauvreté, les inégalités, la dégradation de l’environnement… les grands défis interconnectés de notre avenir forment les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies à accomplir pour vivre dans un monde durable.
La sphère financière a un rôle à jouer pour accompagner la transition, en fléchant l’épargne suivant les sensibilités et les exigences propres à chaque investisseur. 

Notre propos ne se limite pas aujourd’hui à plaider en faveur de l’intégration des critères ESG au sein des gestions de portefeuilles, il s’agit d’informer les investisseurs sur les actions mises en œuvre pour la réalisation des objectifs de développement durable. Telle est la proposition de valeur des investissements à impact : générer un impact social et environnemental positif et mesurable, ainsi qu’un rendement financier.

  

ENVIRONNEMENT ET SOCIAL : LE RÔLE DES ENTREPRISES ÉVALUÉ SOUS L’ANGLE DE L’IMPACT

Le prérequis pour évaluer correctement l’impact des entreprises consiste à traduire au niveau micro des objectifs fixés au niveau macroéconomique. A titre d’illustration, comment juger de l’action d’une entreprise en faveur de l’éradication de la faim dans le monde, un des ODD ?

Cela ne peut pas être évalué uniquement au regard du secteur d’activité propre à l’entreprise. Il faut prendre en compte l’intentionnalité.

Une première étape pour les entreprises est d’identifier les objectifs de développement durable sur lesquels elles peuvent agir et communiquer. Elles doivent veiller à adopter une méthodologie transparente et comparable à celle des autres entreprises du secteur. Sans cela, les données seront difficiles à agréger au niveau d’un portefeuille dans le cadre d’une stratégie d’investissement d’impact.

Une entreprise peut se positionner sur les investissements d’impact de différentes manières. Elle peut évaluer l’impact positif généré par ses activités. Elle peut également réduire l’impact négatif généré par ses activités, par exemple en améliorant son efficacité énergétique et en auditant sa chaîne d’approvisionnement pour limiter son empreinte carbone en amont ou en agissant sur la chaine de production de ses produits. Veiller au traitement de ses salariés, de ses fournisseurs et aux bonnes relations avec les communautés locales confère un bon positionnement général ESG.

Les gérants d’impact sont sensibles à l’impact positif social sur l’ensemble des parties prenantes. Quel que soit l’impact considéré, la métrique doit porter sur les bénéficiaires. Il faut tenir compte du fait qu’un engagement peut impacter plusieurs parties prenantes, ce qui nécessitera plusieurs indicateurs.

Par ailleurs, les mesures doivent être suivies dans le temps et comparées avec la tendance globale de l’indicateur sur les dernières années pour permettre d’apprécier le niveau d’accomplissement de l’objectif par rapport à la cible finale.

La généralisation de la publication d’indicateurs d’impact par les entreprises permet à chaque investisseur de se positionner encore plus finement sur les thématiques ESG en fonction de ses priorités et de ses sensibilités ; et dans le même temps de dresser un bilan précis de l’impact de son investissement en faveur d’un monde plus durable.
  

L'impact chez CPR AM, une dynamique en marche

En termes d’impact, CPR AM, a développé une large gamme de produits offrant à nos clients des rendements financiers robustes et qui se traduisent en externalités positives pour l’environnement et la société. Nos fonds Climate Action (sur le choix des entreprises les plus engagées dans la lutte contre le réchauffement climatique), Food For Generations (sur la chaîne alimentaire mondiale et la réduction de la consommation d’eau) permettent d’identifier les entreprises les mieux positionnées sur les grands enjeux environnementaux.
Nous avons su nouer des partenariats innovants, notamment avec le CDP, premier fournisseur de données climat, afin de combiner les meilleurs talents.

En ce qui concerne le volet social, nous mesurons via notre fonds Education des indicateurs tels que le nombre d’élèves formés et le nombre d’heures d’enseignement dispensées, ou encore le nombre de repas en cantine scolaire et de lits en résidence universitaire financés. De même, le fonds Social Impact, est le premier fonds sur le marché mondial de la gestion d’actifs à placer la réduction des inégalités au cœur de son processus d’investissement, en évaluant les entreprises sur la base de cinq piliers que sont les revenus, la fiscalité, la diversité, l’éducation & la santé, et les libertés fondamentales. Enfin, le dernier né de notre gamme, le fonds Ambition France est consacré à la relance de l’économie nationale sur la base de trois volets : soutenir les entreprises françaises particulièrement impactées par la crise de la Covid, accompagner le recouvrement de la souveraineté nationale dans certains secteurs clés et promouvoir une économie post-Covid alignée sur les nouvelles aspirations de la société que l’épidémie a renforcées. Nous mesurerons via ce fonds notre impact via des indicateurs sociaux tangibles comme la création d’emplois en France.

Nos rapports d'impact

Dans un objectif de transparence et afin de rendre l’investissement toujours plus concret, nous publions un rapport annuel d’impact pour chacun de ces fonds.